Parole d’acteurs


Monday, 30 November 2015
Blog Kim Carstensen : Quel est le futur de la certification forestière ?

Blog Kim Carstensen : Quel est le futur de la certification forestière ?

Le Directeur de FSC, Kim Carstensen, explique qu'une mise en place d’une gestion forestière responsable nécessite d’avoir comprit que la forêt représente bien plus que la valeur de son bois.


Je débute cet article en partageant avec vous trois histoires. Celles-ci montrent le véritable impact de la certification FSC aujourd’hui dans le monde.

Au camp de Ngombe, dans le Bassin du Congo : la population s’est regroupée en une communauté prospère sous l’égide de la certification FSC avec la construction d’un hôpital, d’un commissariat, d’une bibliothèque et d’une école pour ses 8000 habitants.

Dans les forêts de Suède : des découvertes de l’Industrie Forestière Nationale Suédoise ont montré que la certification FSC a eu un bien plus grand impact sur la biodiversité du pays que la Loi suédoise sur la foresterie, en créant notamment davantage de zones de conservation et d’habitats boisés, ainsi qu’en entraînant une meilleure rétention des arbres, des souches surélevées où les animaux peuvent vivre, et des forêts de feuillus.

D’après le WWF : sa nouvelle étude de Rentabilité et de Durabilité montre un avantage économique évident pour les entreprises forestières choisissant la certification FSC, car elles peuvent en effet gagner 1.80 dollars supplémentaires pour chaque mètre cube de bois certifié FSC, par rapport aux prix moyens mondiaux.

Vous constaterez que ces trois récits parlent de résultats très différents. Mais le point commun est l’utilisation de la certification FSC pour atteindre ces objectifs. Ceci est, à mon avis, l’essence de la gestion forestière responsable.

Lorsque que je compare ces projets avec ma première visite dans une forêt certifiée FSC en 1995, le progrès que nous avons constaté est tout a fait remarquable. C’est ce qui rend mon rôle si excitant.

Notre travail est de garantir un avenir durable pour nos forêts

C’est la raison pour laquelle nous avons utilisé au cours des 21 dernières années un système de certification, en marquant nos produits certifiés d’une étiquette comprenant le logo FSC. Le logo donne une identité sur le marché du bois, et atteste de l’engagement prit envers une gestion forestière responsable. Ce système a remporté un énorme succès, mais celui-ci s’accompagne de certaines difficultés.
Dans bien des régions du monde, la gouvernance forestière et les systèmes économiques incitent davantage à pratiquer la déforestation qu’à mettre en place une gestion forestière appropriée. Cela entraîne des dégradations et des inégalités sociales dans certaines zones, ce qui représente un vrai coup dur pour nous.
Mais comment pouvons nous y mettre fin ?

Je rêve d’une forêt reconnue à sa juste valeur.

C’est la valeur de son bois, mais également la valeur du carbone qu’elle stocke et celle de sa biodiversité, la valeur de l’eau qu’elle protège ainsi que les habitats, la nourriture et autres ressources qu’elle offre aux communautés. Pour réaliser ce rêve, il est important de reconnaître que la certification FSC ne représente que l’un des nombreux outils dont nous aurons besoin.

Dans notre nouveau plan stratégique mondial, annoncé plus tôt ce mois-ci, nous avons mis en évidence le besoin de comprendre le rôle de la certification dans ce contexte bien plus large.
Dans ce cadre, nous avons pris quatre engagements clés. Nous avons convenus de davantage cibler et mesurer les résultats obtenus, de progresser grâce à des partenariats, de mettre l’accent sur les besoins de nos utilisateurs et d’autonomiser les populations sous-représentées. Cela signifie que nous nous focaliserons sur l’obtention de résultats encore plus satisfaisants qu’aujourd’hui grâce à un dialogue engagé avec les populations sur ce qui est important pour eux, et ce, dans des termes qui feront sens.

Nous travaillerons avec les communautés locales, les peuples autochtones, les promeneurs de chiens, les personnes en VTT, les entreprises forestières, les sociétés de plantations agricoles, les gouvernements locaux et nationaux – tous ceux qui dépendent des forêts ou qui ont un impact sur ces dernières. Nous pouvons convenir de ce que nous pouvons réaliser ensemble pour atteindre nos objectifs en discutant de la façon dont chacun de ces groupes utilise la forêt.

C’est pourquoi le FSC est bien plus qu’un système de certification.

Les exemples que j’ai donnés sont, pour moi, ce à quoi la gestion forestière responsable ressemble. C’est ce qui me passionne quand je pense à tout ce que la certification peut accomplir, et c’est ce qui m’assure que le FSC va dans la bonne direction. Il est vital que nous reconnaissions la valeur de nos forêts existantes, bien au-delà de la valeur monétaire attribuée au bois que nous pouvons leur prélever, ou la valeur monétaire des
produits agricoles qui pourraient remplacer une zone déboisée. Cet objectif nous encourage à respecter nos engagements.

Par le biais des groupes environnementaux, des entreprises mondiales, des travailleurs, des communautés et des peuples autochtones qui constituent notre organisation, nous pouvons parvenir à des conclusions bénéfiques pour tous. Nous pouvons garantir que la forêt ait un avenir au-delà de la certification.


© Forest Stewardship Council® · FSC® F000211