Parole d’acteurs


Thursday, 07 July 2016
La douce histoire du premier producteur de sirop d’érable certifié FSC

Maple Ridge Farm (© Maple Ridge Farm)

Gary Ivens vient juste de sortir de l’érablière après une saison très juteuse qu’il attribue aux journées plus chaudes et aux nuits plus froides de ce printemps.


En effet, le premier producteur au monde de sirop d’érable certifié FSC déclare que cette saison est la meilleure qu’il ait eue sur ses 45 années de travail. « Nous avons fini la saison avec 400-500 gallons (1500-1900 litres) de liquide doré », a déclaré Gary. Au cours d’une année normale, son équipe obtient habituellement 250 à 300 gallons, soit 950 à 1135 litres.

La saison de la sève : un travail difficile

Gary poursuit l’héritage de sa famille, qui a produit du liquide doré – du sirop d’érable – sur la ferme de 147 hectares de Maple Ridge à Cornwall, à l’est de l’Ontario au Canada, depuis l’acte notarié original de 1850.

A l’âge de 72 ans, il vient tout juste de passer trois mois dans son érablière pour la saison de la sève à environ un kilomètre et demi dans la forêt. Il y a là-bas, un puit pour l’eau, un poêle à bois pour le chauffage et deux chambres pour que l’équipe puisse également y dormir. « Nous rentrons à la maison si la sève de la journée a été bouillie et transformée en sirop d’érable », a-t-il déclaré.

C’est un travail difficile, souvent effectué avec de la neige jusqu’à la taille au début du printemps. Des trous sont percés dans chaque arbre afin d’y attacher un système d’aspiration pour prélever la sève qui s’écoule à travers un tube jusqu’à un évaporateur et des chaudières à bois. Gary a prélevé de la sève sur environ 4000 trous sur 3000 arbres, et a géré un total de 40 km de tuyaux jusqu’à l’érablière où la sève est transformée en sirop.

Lors de la saison de la sève, Gary et son équipe de quatre à six personnes parfois, travaillent de 7 heures du matin à 10 heures du soir. « S’il y a un fort débit de sève, il n’est pas rare de travailler toute la nuit », a-t-il expliqué.« Lorsque que nous approchons de la période de formation des feuilles sur les arbres, la sève devient plus foncée… C’est donc le moment d’arrêter le prélèvement de la sève car les premiers bourgeons vont bientôt apparaître sur les arbres et la sève devient amère ». Cela marque la fin de la récolte, mais pas la fin du travail.

Il y a tout d’abord le nettoyage des tubes et de l’équipement. Ensuite, vient le processus de transformation de la sève en produits tels que des bonbons ou du beurre d’érable, puis l’emballage, la commercialisation et la planification de la prochaine récolte au printemps suivant. La ferme organise des activités pour le public pour enseigner aux visiteurs les enjeux
de la certification : ce qu’elle signifie et pourquoi elle est importante.

Plus qu’un outil de vente

Gary vend son sirop et ses produits aux États-Unis, mais également sur des marchés aussi lointain que ceux de l’Europe et de l’Australie. Il utilise le logo FSC comme un outil de vente. « Les gens qui connaissent FSC… savent que le sirop qu’ils achètent est issu d’une forêt bien gérée », a-t-il déclaré.

La certification implique cependant plus que des ventes. « Elle concerne tout ce que nous faisons dans la forêt » explique Gary. « Me lancer dans le processus de certification m’a poussé à être encore plus consciencieux quant à la protection de la zone boisée ».
« Par exemple, nous avons arrêté de chasser sur la propriété, nous avons trouvé tous les endroits abritant des chevreuils et les avons enregistrés pour le suivi. Nous avons aussi identifié les arbres qui devaient être retirés, et avons trouvés plus d’érables à exploiter. Si le plan de gestion forestière FSC n’avait pas été écrit, nous n’aurions pas fait toutes ces choses ».

Certificat de groupe

La ferme Maple Ridge est un membre de la Forêt Modèle de l’Est de l’Ontario (FMEO), qui a obtenu le certificat de groupe Gestion Forestière FSC grâce au programme SmartWood de Rainforest Alliance en 2003. La certification de groupe réduit les coûts et le fardeau administratif de la certification pour les petits propriétaires forestiers.

Scott Davis, Coordinateur de la certification forestière de la FMEO, a regardé l’organisme sans but lucratif passer de 20 hectares avec un seul propriétaire en 2000, à un programme de 84000 hectares aujourd’hui, impliquant plus de 130 propriétaires privés et de nombreuses forêts communautaires.

En 2007, en plus du bois, la FMEO a inclut le sirop d’érable dans le champ d’application de son certificat ; la forêt de Gary était la première à être certifiée en 2009. Les membres de la FMEO comptent désormais cinq producteurs d’érables certifiés FSC qui produisent au total 22000 litres environ de sirop chaque année.

Les générations futures

De nouvelles choses sont prévues pour Gary. Il prévoit d’embaucher un marqueur professionnel d’arbres afin de sélectionner les arbres à retirer de la zone, et qui seront utilisés comme bois de chauffage. Les arbres concernés sont vieux ou ne produisent plus
suffisamment. « Cela fait partie de la gestion forestière », a-t-il expliqué. « Mon but est de m’assurer que la forêt de ma famille est bien mise en place pour les futures générations », a-il-ajouté. Ça… et rendre le monde plus doux, un gallon à la fois.


Maple Ridge Farm (© Maple Ridge Farm)Maple Ridge Farm (© Maple Ridge Farm)Maple Ridge Farm (© Maple Ridge Farm)Maple Ridge Farm (© Maple Ridge Farm)



© Forest Stewardship Council® · FSC® F000211