Parole d’acteurs


Wednesday, 26 October 2016
Une source de vie coule à travers cette communauté au Nicaragua

Socialization of nursery (© KSU Alas Mandari KTI)

Le puissant fleuve Coco Rio représente le cœur du peuple Chorotega vivant dans la région de San José de Cusmapa dans le nord du Nicaragua. Leur existence même dépend de son rythme vivifiant. C’est la raison pour laquelle le peuple Chorotega étudie la faisabilité de la certification FSC en tenant compte de leur objectif bien précis de préservation de l’eau.


Les Chorotegas vivent dans l’une des dernières forêts naturelles de pins d’Amérique Centrale, et une source du Rio Coco coule à travers leur territoire. Ce fleuve long de 750 km, qui représente la frontière entre le Nicaragua et le Honduras, est le plus long de la région.

« Les gens sont intéressés par la gestion forestière durable, car elle est liée à la protection des ressources en eau – et non pas parce qu’ils veulent abattre des arbres pour vendre du bois », a noté Pandora Martinez, Directrice du Bureau National du FSC au Nicaragua.

Indispensable à la vie

« Si nous prenons soin de la forêt, nous avons de l’eau. C’est aussi simple que cela », a déclaré Reyna Perez, Présidente de l’organisation des Chorotegas pour les Peuples Autochtones de Cusmapa. « Les ressources en eau nous sont vitales, mais sont menacées de disparition. La beauté de nos paysages naturels a considérablement changé au cours des dernières décennies. Nous ne pouvons pas continuer comme cela. Si nous persistons, nous y perdrons la vie ».

Elle a ajouté que les ressources forestières, telles que les aiguilles de pins, sont utilisées pour les objets d’artisanat réalisés par les femmes, et sont sources de revenus pour la communauté. Leurs moyens de subsistance incluent également des cultures vivrières et de petites plantations de café.

Alfonso Báez, qui apporte un soutien technique à la communauté sur les programmes à destination des jeunes autochtones, explique que l’eau et les forêts ne peuvent pas être dissociées. « La protection de la forêt est une priorité car elle représente notre principale source en eau ».

« Mais nous avons déjà commencé à ressentir le manque d’eau – la sécheresse nous a affecté pendant trois années consécutives, et l’avancée de la frontière agricole est une des causes principales de la détérioration de nos ressources forestières et de nos ressources en eau ».

Le Fond FSC pour les petits exploitants

En travaillant en étroite collaboration avec FSC Nicaragua, la communauté Chorotega utilise une subvention du Fond FSC pour les Petits Exploitants afin de créer un modèle de certification pour services écosystémiques dans la région. Les services écosystémiques (SE) sont des avantages cruciaux que l’humanité reçoit de la nature, notamment l’approvisionnement en eau potable, le contrôle du climat, la décomposition des déchets et la pollinisation des cultures.

La subvention est également utilisée pour former les membres de la communauté aux SE et créer des liens avec les communautés autochtones du Honduras afin d’échanger des connaissances sur le sujet. Des discussions sont en cours avec plusieurs sociétés afin de déterminer si un marché national serait prêt à financer la protection des forêts et de l’eau.

Cette initiative s’insère parfaitement dans le projet révolutionnaire de Certification forestière pour services écosystémiques (ForCES), qui vise à faire du FSC un leader mondial dans la préservation des services écosystémiques au sein des forêts gérées de manière responsable. Des études montrent d’éventuelles opportunités pour les SE certifiés FSC sur les marchés concernant la biodiversité, les bassins hydrologiques, le carbone et l’écotourisme.

Un projet d’innovations

La communauté d’environ 7000 personnes est dirigée par un organe directeur des Peuples Autochtones, composé du Conseil des Anciens, d’un Conseil d’administration et d’une assemblée communautaire.

Juan José Velázquez, Secrétaire du Conseil d’administration du Conseil des Anciens Chorotegas, a expliqué : « Un projet comme celui-ci n’a jamais été mis en place sur notre territoire autochtone. Chercher des alliances avec des sociétés est tout nouveau pour nous car notre histoire est empreinte de déni de nos droits territoriaux ».

« Cela a été difficile de préserver les forêts et les ressources en eau car il n’y a pas eu d’incitations économiques pour décourager l’utilisation des forêts pour les plantations de café ou le bétail. Le projet Chorotega pourrait apporter cela ».

Dans toute la région, il y a eu des luttes pour les terres et pour les ressources naturelles, et les peuples autochtones, tels que les Chorotegas, ont grandement insisté pour la reconnaissance de leurs droits fonciers historiques. Le respect de leur territoire ancestral et sa viabilité sont essentiels à tout ce qu’ils entreprennent.

Ce projet décisif, a déclaré Juan José, pourrait permettre de redonner un contrôle social des ressources naturelles à l’organe directeur et la communauté.


Training - Forest fire evacuation (© KSU Alas Mandari KTI)Meeting members of the cooperative (© KSU Alas Mandari KTI)



© Forest Stewardship Council® · FSC® F000211