Parole d’acteurs


Tuesday, 31 January 2017
Le grand impact du petit arbre africain sur la vie des habitants

Le grand impact du petit arbre africain sur la vie des habitants

Les villageois du sud-est de la Tanzanie ont travaillé dur pour protéger un petit arbre délabré de l’éradication. Au cours du processus, ils ont découvert qu’ils se sauvaient eux-mêmes.


Les habitants appellent cet arbre le « mpingo », le nom Swahili pour l’acacia d’Afrique de l’est. Avec un bois si dur qu’il peut émousser des haches, un siècle peut être nécessaire au mpingo pour atteindre la taille de récolte, et produire l’un des bois les plus chers au monde.

Cependant, l’exploitation forestière illégale a fait disparaître le mpingo du commerce dans certains pays tel que le Kenya. L’extinction commerciale signifie que les arbres ne sont pas remplacés assez rapidement pour pouvoir répondre aux besoins des récoltes.

Certains craignent que si des efforts de protection ne sont pas faits, la Tanzanie n’ait plus de mpingo à récolter d’ici 20 ans. Son arbre national serait donc en voie d’extinction totale.

Créer des liens

BlackwoodEn 2004,[url=http://http://www.mpingoconservation.org/] Mpingo Conservation & Development Initiative (MCDI[/url]) a commencé à travailler avec les villageois pour sauver le mpingo et améliorer leur vie. Le membre fondateur du MCDI, Makala Jasper, autrefois agriculteur dans la région, a constaté que les habitants avaient pratiquement détruit tous les mpingos de son village. Il s’est ainsi décidé à étudier la foresterie.

Lorsque Jasper a gagné un Prix Whitley 2016, connu comme un « Oscar vert », il a déclaré : « Les tanzaniens ruraux ont besoin de soutien pour comprendre comment préserver leurs forêts. Ils ont besoin de voir le lien entre les forêts en bonne santé et la nourriture dans leur assiette, (entre) l’eau pure qui coule dans les ruisseaux et leurs enfants qui vont à l’école. Je les aide à établir ces liens ».

Son rôle en tant que modèle de gérance environnementale a également été reconnu lorsqu’il a remporté cette année le Prix Buffett de la National Geographic Society pour leadership en matière de conservation de la nature en Afrique.

En 2009, MCDI a reçu le premier et encore unique certificat de groupe FSC pour les forêts naturelles gérées communautairement en Afrique. Actuellement, 13 communautés dans les districts de Kilwa, Tunduru et Rufiji participent au projet, avec plus de 150 000 hectares de forêts certifiés FSC. MCDI étend ses activités à de nouveaux domaines.

MCDI travaille à équiper des communautés pour qu’elles puissent posséder leurs propres forêts, gérer celles-ci de manière durable et en toucher des bénéfices. Il les met également en relation avec des acheteurs afin de faciliter les ventes de leur bois. Le mpingo est réputé pour la fabrication des meilleurs clarinettes et hautbois en terme de qualité. Les autres feuillus qui poussent dans les forêts locales sont utilisés pour la fabrication de mobilier, de revêtements de sol, dans le domaine du bâtiment et pour d’autres usages.


Des vies changées

Harvesting« Les forêts ont changé nos vies », a simplement déclaré Fatuma Maimbo, 41 ans, agricultrice et mère de quatre enfants, vivant dans le village de Nanjirinji A.« Avant, nous ne pouvions pas nous lancer dans des activités de développement en raison de notre faible revenu », a-t-elle expliqué. « Maintenant, nous avons acheté des matelas et des draps pour notre hôpital. Nous avons construit un bureau de village et une maison d’hôtes. Les femmes enceintes reçoivent un soutien (financier) pour leurs accouchements ».

Elle est l’une des nombreuses personnes qui vous diront que leurs enfants vont désormais à l’école de leur village plutôt que dans un autre village, et que les parents peuvent se permettre d’acheter des uniformes.
« Nous comprenons pourquoi il est important de protéger et de sécuriser les forêts pour notre bénéfice et celui des générations futures » a affirmé Maimbo.

« Nous apportons désormais une éducation à d’autres communautés sur l’importance de préserver les forêts, et sur les raisons pour lesquelles nous devrions éviter de les brûler, de pratiquer l’agriculture itinérante et de produire du charbon illégalement ». L’agriculture itinérante fait référence au défrichage des terres afin de permettre l’élevage temporaire.

Gagner de l’argent

MonitoringD’autres habitants à Nanjirinji A acquiescent.
« Nous étions pauvres », a expliqué Adbullah Licheu, 62 ans, technicien en plomberie et père de cinq enfants. « Maintenant nous gagnons de l’argent grâce aux forêts, et nos conditions de vies se sont considérablement améliorées ».
« Grâce à notre coopération avec MCDI et l’obtention de la certification FSC, nous avons développé de nouvelles compétences qui nous aident à gérer nos forêts de manière responsable », a-t-il affirmé.
« Nous avons un programme de reboisement, nous participions à la sécurité de notre forêt en effectuant des patrouilles et nous ne coupons pas d’arbre sans la permission de nos superviseurs. Nous récoltons en suivant un plan précis afin de ne pas détruire nos forêts ».

Apprentissage

MonitoringAbdullah Chihinde, 40 ans, superviseur d’une exploitation forestière et père de deux enfants, expliquait que les villageois manquaient autrefois de compétences en gestion forestière et ne comprenaient pas la valeur de leurs forêts ni de leurs produits.
Lorsque MCDI est arrivé, beaucoup « craignaient qu’ils soient venus prendre nos forêts et notre terre pour leur propre profit. (A présent) nous savons que si nous ne travaillons pas à la préservation de nos forêts, elles finiront par disparaître ».
« D’autres communautés ont suivis notre exemple… Elles sont encouragées à faire de même car elles constatent les bénéfices que nous apportent les forêts ».

Au cours du premier semestre seulement de l’année 2016, MCDI et ses communautés partenaires ont planté plus de 15 000 plants d’arbres autochtones, dont beaucoup sont des mpingos.
Comme le disait Chihinde, « Notre avenir est de planter plus d’arbres. Cela nous aidera à gagner davantage d’argent et donc à améliorer nos vies… Ainsi, le futur des mpingos sera assuré ».


© Forest Stewardship Council® · FSC® F000211