Parole d’acteurs


Wednesday, 13 December 2017
Histoire, partenariat et risques calculés en période de changement pour FSC

By Julia Young and Mikhail Tarasov (© @james morgan)© @james morgan

Par Julia Young (WWF) et Mikhaik Tarasov (Ikea)


Histoire de forêts et de marché

Les idées façonnent le cours de l’histoire. Alors que nous approchons de la date du 25ème anniversaire de Forest Stewarship Council (FSC), nous devrions nous remémorer les idées et ambitions qui ont marquées l’histoire des forêts et du marché.

De l'échec de la lutte contre l’exclusion sociale associé à une déforestation galopante et l’exploitation forestière illégale des forêts tropicales dans les années 1980, ainsi qu’un bilan faible concernant les forêts lors du Sommet de la Terre de Rio en 1992, a donné naissance à quelque chose d’extraordinaire. Une collaboration entre des entreprises et des ONG auparavant « ennemies », ainsi qu’une gouvernance environnementale axée sur le marché ont fait leur apparition. Bien que banal aujourd’hui, cela constituait une révolution tranquille dans les années 90.

Durant les trois années suivant l’apparition du premier produit labellisé FSC, une spatule en bois en 1995, plus de 10 millions d’hectares de forêts ont été certifiées dans le monde. Il y a une décennie, la publication du livre « Harry Potter et les reliques de la mort » sur du papier certifié représentait la plus grande commande de papier FSC pour une valeur de 20 millions de dollars, suivi en 2015 par 213 millions de copies du catalogue IKEA, représentant ainsi la plus grande publication certifiée FSC au monde. Aujourd’hui, 198 millions d’hectares de forêt dans 84 pays sont gérés selon les référentiels FSC.

Bien entendu, il n’y a pas que des bonnes nouvelles. La déforestation et la dégradation des forêts se poursuivent, les tropiques ne représentent que 16% de la superficie certifiée FSC, et les petits producteurs rencontrent toujours des difficultés à entrer dans le programme. Pourtant, alors que nous discutons de ces défis lors de l’Assemblée Générale de FSC et que nous envisageons le futur, n’oublions pas le chemin que nous avons déjà parcouru.

Fondé en 1993 grâce à la collaboration de plus de 100 participants représentants les intérêts économiques, sociaux, autochtones et environnementaux, FSC est largement reconnu comme la norme de certification mondiale la plus exigeante et crédible pour la gestion forestière. Voilà notre héritage commun.

En compagnie de partenaires

La plus grande valeur de FSC est peut-être celle d’être une plateforme démocratique pour le dialogue, la participation et le consensus, au service du règlement des conflits et de la création de solutions. C’est un rôle qui a été fondamental pour le succès du partenariat entre WWF et IKEA au cours des 15 dernières années.

En réunissant des intérêts divers grâce à la promotion de FSC dans plus d’une douzaine de pays, nous avons déjà aidé à développer la toute première boîte à outils pour les Forêts à Hautes Valeurs de Conservation (FHVC). Nous avons également identifié et protégé des millions d’hectares de FHCV et de forêts anciennes. Nous avons combattu l’exploitation illégale dans l’Extrême-Orient russe et en Roumanie. Nous avons soutenu les petits propriétaires en Asie du Sud-Est, fait progresser le développement des référentiels nationaux FSC, et avons contribué à la certification de plus de 35 millions d’hectares de forêts dans le monde.

Notre objectif commun de faire de la gestion responsable des forêts la norme est inimaginable, encore moins réalisable, sans le FSC. La nouvelle phase de notre partenariat, toujours en collaboration avec beaucoup d'autres personnes, continuera à se focaliser sur le renforcement et la promotion de FSC, afin de stimuler une meilleure gouvernance, promouvoir une gestion et un commerce forestiers responsables et sécuriser les valeurs forestières, notamment par un soutien accru aux petits producteurs et par le développement d’une approche paysagère.

Efficacité et risques calculés

Il y a beaucoup à faire si, ensemble, nous devons honorer des engagements tant vantés pour mettre fin à la déforestation, tels que ceux présentés dans la Déclaration de New York sur les forêts. Dans le cadre de ce vaste programme pour le changement, la plupart des engagements des entreprises reposent sur la certification et FSC peut offrir des alternatives viables à l'exploitation forestière non durable et à la conversion des terres. Mais si nous voulons réussir alors que FSC continue à se développer, ces alternatives doivent rester attrayantes et compétitives pour les gouvernements, les entreprises et les communautés locales. En fin de compte, ce sont eux qui décideront de la manière de gérer leurs forêts.

Deux choses qui sont universellement attrayantes sont l'efficacité et l'impact positif. Alors que nous cherchons à résoudre les réels défis contenus dans les motions de l'Assemblée Générale de FSC, nos objectifs devraient être la simplicité des moyens et des objectifs, ainsi que les bénéfices pour les populations et la nature (amélioration de la santé, de la sécurité, du paiement des travailleurs, et protection des espèces menacées).

Même si FSC s’est déjà engagé à développer des politiques et des référentiels qui sont davantage rationnels et axés sur les résultats, offrir des prestations supplémentaires requiert désormais l’utilisation d’approches basées sur les risques en ce qui concerne la certification et l’audit.

Cela signifie qu’il faut adopter une vision systémique plus large et adopter de nouvelles tactiques sur le terrain, que ce soit la comptabilisation des services écosystémiques, une meilleure utilisation de la technologie et des données, ou l'élaboration de nouvelles méthodes de travail avec les petits propriétaires, afin de surveiller l’ensemble des impacts environnementaux, sociaux et économiques, et ce non par pour les seuls hectares certifiés.

Les entreprises capables de démontrer et faire clairement rapport d’un impact positif, tel que demandé par les membres de FSC depuis la dernière Assemblée générale, peuvent également aider à faciliter l’élaboration d’une approche crédible basée sur les risques. En contrepartie, elles devraient pouvoir accéder aux avantages d’un audit simplifié. Avec le temps, cela rendra la certification plus rapide et plus facile, offrant un crédit lorsque nécessaire tout en maintenant l’intégrité et la crédibilité des systèmes FSC.

Prendre en compte les risques calculés sur la base d'avantages reconnus permettra aux détenteurs de certificat de prouver leur conformité et durabilité, tout en offrant de meilleures performances. Les motions qui traitent de ces questions séparément nécessitent une seule solution conjointement élaborée.

Investir pour le futur

La participation de tous les membres est vitale à FSC. Donner de l’importance à ceux qui ne pourraient pas faire entendre leur voix autrement est ce qui distingue la certification FSC des autres systèmes de certification. En même temps, il est essentiel de réaliser moins de choses mais mieux et plus efficacement, et de se focaliser sur les activités principales telles qu’une meilleure gestion forestière.

Des référentiels et une certification crédible peuvent accélérer la réalisation de nombreux Objectifs de Développement Durables attirant des bénéfices aux entreprises, à la protection des forêts et aux communautés. Afin de faire en sorte que FSC réalise ce potentiel, nous ferions mieux, en tant que membres, de réduire les barrières à l’entrée et d’investir dans des processus et programmes organisationnels efficaces.

Nos défis actuels sont minimes par rapport à nos réalisations et à notre potentiel. Trouver des solutions est complexe et nécessite un certain leadership. Un compromis pragmatique peut être nécessaire, mais nous ne devons pas perdre de vue notre objectif plus vaste alors que nous cherchons à réaliser le plan stratégique FSC et à créer des paysages forestiers résistants.

Profitons de cette occasion pour écrire notre propre histoire ensemble afin qu'elle continue de nous être favorable.

Julia Young est la Directrice du Réseau Global Forêt et Commerce (L) chez WWF UK / Chef intérimaire, Transformation du secteur forestier pour WWF Global Forest Practice

Mikhail Tarasov est le Directeur du département forêts chez IKEA


© Forest Stewardship Council® · FSC® F000211