Parole d’acteurs


Tuesday, 11 February 2020
Une entreprise forestière russe aide les femmes à se faire une place dans un monde d'hommes

Abashev Nailevich Rashit

L'entreprise forestière Red Star défend et valorise le travail des femmes en Russie.


Mozhga, RUSSIE : Tatyana Antonova, 57 ans, a occupé divers emplois : directrice d'une discothèque, responsable d'équipe pour une entreprise de produits scolaires, et agent de sécurité. Elle a travaillé 35 ans (presque les deux-tiers de sa vie) dans la même entreprise.

Si elle a aimé son travail en discothèque, elle explique que ses deux derniers emplois - tous deux chez Red Star - sont ceux qui l'ont aidée à construire une maison et élever une famille.

En 1984, alors qu'elle avait 22 ans, Mme Antonova a déménagé à Mozhga avec son mari, pour chercher un emploi qui leur permettrait de s'acheter une maison. Une tragédie, deux enfants et 35 ans plus tard, elle décrit l'entreprise comme sa zone de confort.

« Mon mari été tué tragiquement en 1999, et je me suis retrouvée toute seule pour élever mes deux enfants. Grâce à mon travail chez Red Star, j'ai pu payer les funérailles de mon mari, éduquer mes enfants et acheter un autre appartement. Sans ce soutien, j'aurais eu beaucoup de mal à y arriver », avoue-t-elle. « Voilà ma vie. C'est pour cette raison que même après avoir pris ma retraite de chef d'équipe, j'ai postulé dans un autre service, pour devenir agent de sécurité ».

Mme Antonova est l'une des nombreuses femmes employées par Red Star, une entreprise certifiée FSC et située dans la ville de Mozhga - à environ 1250 km de Moscou, en Oudmourtie. Les femmes représentent environ 45% des 668 salariés de l'entreprise.

Faire de l'égalité homme-femme une norme

Elena MischikhinaL'entreprise, créée en octobre 1927 et destinée au départ à employer des personnes handicapées, a connu des hauts et des bas depuis ses débuts. Mais dans un secteur forestier traditionnellement dominé par les hommes, Red Star souhaite être un exemple de banalisation de la présence féminine dans l'industrie.

Pour Rashit Abashev, son Directeur Général, l'efficacité d'un système provient de l'équilibre homme-femme au sein du personnel.

« Les femmes ont une manière différente de faire et d'aborder les choses - elles pensent à des choses dont les hommes n'ont parfois même pas idée. Pourquoi faire attention à instaurer un équilibre homme-femme ? Cet équilibre devrait déjà exister. Les femmes ont autant le droit que les hommes d'occuper un emploi, et ce devrait être considéré comme normal », explique-t-il.

Ardent défenseur de l'égalité homme-femme, M. Abashev a également décidé de distribuer les parts de l'entreprise aux salariés. L'entreprise fonctionnait selon ce principe jusqu'en 1963, date à laquelle il a été supprimé. M. Abashev a décidé de le réintroduire en 1991 lorsqu'il est devenu Directeur Général de l'entreprise.

Dans ce système, 328 salariés - dont 163 femmes - sont actionnaires de l'entreprise. Les femmes détiennent plus de 50% des parts de l'entreprise.

Pour cumuler ces parts, les salariés doivent travailler pour l’entreprise depuis 4 à 5 ans, progresser sur le plan personnel et professionnel et participer activement aux activités de la communauté.

Ces actions représentent une réserve financière pour de nombreux salariés, en plus de leur salaire et de leur pension de retraite.

Comme Mme Antonova, qui a utilisé une partie de l'argent de ses actions pour acheter un appartement, Svetlana Mymrina, 55 ans, prévoit de vendre ses parts une fois à la retraite et d'utiliser l'argent pour rénover sa maison.

Mme Mymrina possède 16 000 actions, accumulées au cours des vingt années passées chez Red Star. « Chaque année, je recevais des actions supplémentaires. Ce système grâce auquel une partie de l'entreprise nous appartient sous forme de parts est une bonne chose. Cela nous procure une plus grande stabilité, à l'instar d'une structure gouvernementale. C'est très rare dans une entreprise privée comme la nôtre. »

Tatyana Shustova, du service expéditions, abonde dans son sens. « Ce système d'actionnariat nous apporte une certaine stabilité. C'est rassurant de savoir que nous avons quelque chose de côté pour l'avenir. Ce qui est bien, c’est que nous pouvons également transmettre ces parts à un membre de notre famille qui travaille aussi dans l'entreprise. »

Grâce à ces actions, Marina Kuzminih, du service commercial, a pu contracter un prêt pour rénover sa maison : « L'entreprise nous propose un prêt à 5% d'intérêt, ce qui est bien inférieur à n'importe quelle banque » explique-t-elle.

Des femmes au plus haut niveau

Marina KuzminihPour donner plus de pouvoir aux femmes, une autre initiative consiste à les faire entrer au conseil d'administration. Le conseil d’administration de l'entreprise, qui fait également office de conseil de direction, compte actuellement onze membres, dont six femmes.

Marina Kuzminih, Tatyana Shustova et Elena Mischikhina siègent toutes trois au conseil.
« C'est une immense responsabilité d'appartenir au conseil, d'aider les autres membres et le directeur à prendre des décisions importantes » explique Mme Mischikhina.

Salariée de l'entreprise depuis plus de 20 ans, responsable du département des produits en contreplaqué, elle considère l'entreprise comme sa deuxième maison. « Je travaille ici depuis tellement longtemps que c'est comme ma deuxième maison. Comme dans une famille, il nous arrive d'avoir des différends et de rencontrer des difficultés, mais ça ne nous empêche pas de nous aimern» explique-t-elle. De même, pour Mme Kuzmenykh « c'est un plaisir d'aller au travail ».

Bien qu'en Russie, le pourcentage d'emploi des femmes s'élève à 54,91 %, soit plus que la moyenne mondiale, celles-ci sont toujours exclues de 456 professions et 38 branches de l'industrie.

Des entreprises telles que Red Star, certifiée par FSC, font avancer la cause des femmes à chaque nouvelle embauche.


© Forest Stewardship Council® · FSC® F000211