La Nouvelle-Calédonie

Joyau de la biodiversité mondiale, la Nouvelle-Calédonie rassemble des écosystèmes terrestres et marins uniques au monde et d’une richesse exceptionnelle. Avec 76 % de plantes endémiques, la Nouvelle-Calédonie se classe au 3ème rang mondial pour l'endémisme de sa flore. Ce patrimoine naturel exceptionnel est malheureusement sous la pression de nombreuses menaces (incendies, invasions biologiques, exploitation minière, etc.).

Nouvelle-Calédonie
M. Rossi

L’archipel calédonien se compose de plusieurs îles, parmi lesquelles les îles Loyauté, d’origine coralienne, qui représentent environ 10% du territoire de la Nouvelle-Calédonie. Une forêt humide se développe sur ces sols calcaires, couvrant environ 26 000 ha sur les îles de Lifou, Maré et Ouvéa. Au sein de cette forêt humide, pousse une espèce endémique très rare (en dehors de ces îles on ne la trouve qu’au Vanuatu), le bois de santal néocalédonien (Santalum austrocaledonicum). Le bois de santal est exploité pour la production de son essence aromatique.

Depuis 2018, un processus de certification FSC est en cours pour assurer une production responsable de cette essence aromatique.

 

Forêt littorale sur l’île de Lifou, Nouvelle-Calédonie

 

Après l’obtention de labels internationaux biologiques, la société qui gère et exploite le santal sur les îles Loyauté (Takone), ainsi que la société qui extrait cette essence aromatique en Nouvelle-Calédonie (Serei Non Nengone) ont exprimé le souhait de s’engager dans une démarche de certification FSC en 2018. Leur démarche innovante en matière technologique, environnementale et sociétale, ainsi que la grande attention portée à la qualité du bois de cœur de l’arbre leur permettent de produire une essence d’une grande qualité. Cette essence est destinée aux marchés de la parfumerie de luxe et de la cosmétique biologique.

Le développement du référentiel FSC adapté au contexte local a été confié à la société ECOCERT (Des enjeux et des Hommes), avec l’appui du bureau FSC France. Des réunions ont été organisées avec les parties prenantes locales, et le projet de référentiel a été soumis en consultation publique en décembre 2018.

 

L’intégration des droits, usages et coutumes kanaks est un point clé du référentiel

 

Il est prévu que le référentiel soit validé au premier semestre 2021. Le santal calédonien devrait donc pouvoir être certifié FSC d’ici la fin de l’année 2021.